As-tu remarqué comme la magie est dans tous les cœurs à l’approche des fêtes malgré le froid et les épidémies qui guettent ?

 

Comme pour conjurer le sort et résister à cette mise en sommeil de la nature, nous illuminons nos vies de petites bougies, nous distribuons de bienveillantes attentions à nos proches, nous célébrons la fin de l’année et ce qu’elle nous a offert de bon et de moins bon. S’agit-il là d’une forme de résilience ? D’où vient cette force intérieure de transformation ?

 

C’est de cette magie dont je veux te parler.

 

La grisaille extérieure devient lumières, bougies, et néons. La morosité ambiante laisse place à la fête et à la joie de vivre, le froid du dehors contraste avec la chaleur de nos maisons douillettes.

Et pourtant nous nous préparons à célébrer la vie et la venue prochaine du printemps comme une “spring shower party”!

 

La nature sommeille. Elle s’intériorise, laisse mourir ce qui doit l’être et prépare son nouveau printemps.

De même, notre tendance à cette période est au repli. Nous privilégions la chaleur de notre cocon, et nous reconnectons à nous-mêmes, aux autres et aux forces vitales qui nous entourent.

Instinctivement, nous perpétuons la tradition. Nous en sommes les gardiennes. La période des fêtes célèbre le solstice d’hiver. Le 21 décembre est le jour le plus court de l’année, il marque le début de l’hiver. Il initie aussi le retour de la lumière, avec les jours qui s’allongeront petit à petit.

Ça et là, dans les maisons, lumières et bougies scintillent pour célébrer ce passage des ténèbres à la lumière, la mort donne du sens à la vie. Il est juste de célébrer ce qui n’est plus, la récolte de l’année écoulée, les joies et les peines qu’elle nous a apportées.

 

Tous ces paradoxes contribuent à la magie de Noël, au-delà même des rites religieux ou autres contes féeriques. Et pas besoin de déguisements pour faire briller les yeux des enfants !

 

J’aimerais te montrer à quel point tu es une magicienne…

 

La magie se définit comme un ensemble de croyances et de pratiques reposant sur l’idée qu’il existe des puissances cachées dans la nature qu’il s’agit de concilier ou de conjurer pour s’attirer un bien ou susciter un malheur.

 

Partant de ce constat, vois-tu ce qui fait de toi une magicienne?

 

Lorsque tu te laisses habiter par ton essence, que tu te laisses submerger par tes émotions, que tu transformes les larmes en éclats de rire, tu es magicienne.

Quand par ton écoute et ta présence, tu apaises et redonnes le sourire, que tu passes ta main ou souffles sur les petits maux de tes enfants, tu es magicienne.

Lorsque tu t’essaies à toutes sortes de remèdes naturels pour prendre soin de toi, de ta maison, de tes proches, comme quand tu écoutes ton corps à l’approche ou pendant tes lunes, que tu retournes dans ta grotte pour en ressortir plus combative que jamais, tu es magicienne.

Lorsque dans l’Amour, tu transmets cet élan de Vie et accueilles le plaisir, quand ton corps accueille la vie et se fait nid douillet, tu es magicienne.

Lorsque tu élèves un enfant, dans l’amour, pour le guider dans sa vie d’adulte, quand tu créées,  transmets,  soignes, ou danses, tu es magicienne.

Tu es le creuset où la magie s’opère.

En prenant conscience de ce pouvoir de transformation merveilleux, en apprenant à utiliser ce que la nature nous donne de si précieux, nous accompagnons le rythme de la Vie dans une danse, et un élan créateur merveilleux. Dansons et puisons nos forces dans nos racines ancestrales et laissons nous guider par ce que nous n’avons intuitivement.

La période des fêtes t’invite à l’introspection, à contacter la partie la plus féminine de ton être, que tu sois femme ou homme. Pars à sa rencontre, connecte avec ta nature profonde, et deviens la magicienne créatrice de ta propre vie !

Je te souhaite de merveilleuses fêtes !

 

Cerise

Parce que ce n'est pas simple de changer de vie et de passer à l'action, je t'offre mon guide : Mes 67 conseils pour te donner du coeur à l'ouvrage et passer à l'action.